samedi, 16 août 2014 18:54

La situation sanitaire s'aggravant dans l'Arakan, MSF exhorte la Birmanie à autoriser la reprise de ses activités

Écrit par 

REUTERS MSF(Crédit photo: Reuters/Soe Zeya Tun)

 

Par PAUL MOONEY - REUTERS

 

Une association internationale d'aide médicale exhorte le gouvernement du Myanmar à permettre à celle-ci de reprendre ses activités dans le pays.

 

L'association internationale d'aide médicale, Médecins Sans Frontières, a appelé le gouvernement birman à respecter son engagement d'autoriser à cette dernière la reprise de ses activités dans l'une des régions les plus pauvres du pays, avertissant que la situation sanitaire s'y était considérablement détériorée, depuis leur expulsion.

 

Février dernier, le gouvernement avait ordonné à MSF de quitter l'ouest de l’État d'Arakan, après avoir révélé avoir traité des victimes des violences communautaires, selon le groupe médical.

 

Le gouvernement a nié qu'une attaque ait eu lieu et a également accusé MSF de prendre parti en faveur des membres de la minorité musulmane.

 

Le retrait de l'Agence, qui avait opéré dans la région depuis plus de 20 ans, a laissé près d'un demi-million de musulmans Rohingya sans accès aux soins de santé de qualité.

 

« Il est de plus en plus évident, depuis l'expulsion, que la situation [sanitaire] s'aggrave sérieusement de jour en jour, » a déclaré Reshma Adatia, responsable de projets à MSF-Hollande, au sujet de la Birmanie.

 

Le 23 juillet, le gouvernement a annoncé que MSF pouvait retourner dans l’État d'Arakan. Toutefois, MSF affirme ne pas avoir été notifiée officiellement par le gouvernement depuis que l'annonce a été faite.

 

Adatia a indiqué que la décision d'autoriser MSF à reprendre ses activités « ne précise pas comment et quand nous pourrons retourner dans l’État d'Arakan et mener nos activités médicales ».

 

L a communauté musulmane Rohingya, dans l’État d'Arakan, a longtemps fait l'objet de discriminations. Les associations humanitaires ont attiré la colère de certains bouddhistes Rakhines, qui les ont accusées de favoriser les Rohingyas, qui représentent la grande majorité des victimes des récentes flambées de violences communautaires.

 

Les organismes humanitaires rejettent ces accusations de favoritisme envers les musulmans et de nombreux travailleurs [humanitaires] rapportent avoir été menacés et intimidés.

 

Win Myaing, un porte-parole [des autorités] de l’État d'Arakan, a nié toute connaissance d'une décision autorisant MSF à reprendre ses activités dans la région.

 

Than Tun, un leader bouddhiste et membre d'un comité de coordination d'urgence mis en place en mars pour surveiller le travail des organisations humanitaires internationales, a déclaré que cette décision n'était pas appuyée par la population de l’État d'Arakan.

 

Certains travailleurs humanitaires disent que l'annonce, selon laquelle MSF serait autorisée à reprendre ses activités, avait plus à voir avec des considérations politiques qu'avec une volonté de résoudre la crise humanitaire.

 

La déclaration a été faite alors que Yanghee Lee, le nouveau rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l'Homme au Myanmar, était en visite dans le pays, y compris dans la région de l'Arakan. Le Secrétaire d'État américain John Kerry a participé à une conférence régionale dans la capitale, Naypyitaw, le 9 et 10 août.

 

Le gouvernement birman est dans une position délicate. Des concessions envers les Rohingyas pourraient ne pas être appréciées par le grand public, mais s'avérer des risques perçus des abus suscitant la colère des pays occidentaux qui ont assoupli les sanctions en réponse aux réformes en matière des droits de l'homme.

 

Le 26 juillet, Zaw Htay, le chef de Cabinet du Président, a posté une photo sur les réseaux sociaux montrant une manifestation précédente contre MSF et a averti que les gens dans l’État d'Arakan se préparaient à protester contre le gouvernement régional pour avoir rappelé MSF dans l’État d'Arakan.

 

Traduit par le Collectif Hameb

 

Lu 5302 fois Dernière modification le mercredi, 19 novembre 2014 20:12

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Login Form

Social