mardi, 26 août 2014 18:11

Les femmes Rohingyas souffrent quotidiennement

Écrit par 

displaced-rohingya-woman-norbagoun-carries-her-severely-malnourished-25-day-old-twins-her-lap(Crédit photo: Reuters)

 

La communauté internationale fait la sourde oreille face aux souffrances qu'endurent quotidiennement les femmes Rohingyas.

 

Par Dr Than Aung - GULF NEWS

 

Les Rohingyas de Birmanie, qui vivent pour la plupart dans l’État de Rakhine ( anciennement l'Arakan), la partie ouest [du pays] limitrophe du Bangladesh à majorité musulmane, sont sans aucun doute le peuple qui a le plus longtemps souffert de notre temps.

 

Ils subissent diverses formes d'extorsion et d'imposition arbitraire, des confiscations de terres, des expulsions forcées, des destructions de maisons et des restrictions au mariage.

 

Ce sont surtout les femmes Rohingyas qui en payent le prix, victimes à plusieurs reprises de viol, d'abus sexuels et d'humiliation aux mains des forces de sécurité. Ces dernières continuent à exploiter les femmes Rohingyas, les condamnant à vivre dans l'insécurité. Beaucoup de femmes ont été enlevées de force de leur maison, exploitées puis renvoyées dans la communauté afin qu'elles vivent dans l'humiliation pour toujours. Des milliers de femmes et enfants Rohingyas se sont vus refuser l'accès à l'aide humanitaire et sont incapables de rentrer chez eux.

 

La plupart des femmes pensent qu'elles ne devraient pas s'impliquer dans le développement commun de leur communauté sur le plan politique, économique ou en termes de soins de santé de qualité. Elles croient que c'est le rôle des hommes et n'y prêtent donc pas attention.

 

En conséquence, la communauté Rohingya est devenue complètement dominée par les hommes aux dépens de la négligence et l'ignorance des femmes. Peu à peu, les femmes Rohingyas deviennent sans le savoir prisonnières dans leurs propres maisons. Donc, si le mari a été arrêté, assassiné ou torturé à mort, toute la famille est détruite car la femme est tellement dépendante de son mari qu'elle ne sait pas comment s'y prendre pour vivre sans lui. Le pire, c'est qu'elle ne réalise même pas ce qui est arrivé à son mari, car elle n'a jamais eu aucune connaissance politique de ce qui se passait, ni de quelle manière cela l'affecterait. Cela pourrait nous amener à imaginer la vie des enfants Rohingyas, qui ont des mères désespérées qui deviennent des mendiantes ou des femmes de ménage et peuvent difficilement fournir deux repas à leur famille.

 

Près de 75 % de la population Rohingya d'Arakan sont des femmes et des enfants car la plupart des hommes sont obligés de fuir leurs maisons pour échapper à la persécution quotidienne.

 

Ce type de violations des droits de l'Homme est un phénomène courant au sein de la communauté des Rohingyas. Ces derniers sont persécutés et torturés quotidiennement, mais malheureusement la communauté internationale a fait la sourde oreille dans ce dossier.

 

-- Dr Than Aung est un directeur général birman basé à Sharjah

 

Traduit par le Collectif HAMEB

 

 

Lu 2734 fois Dernière modification le mercredi, 19 novembre 2014 20:11

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Login Form

Social